Wednesday, March 5, 2014

La Petite Histoire des Gros Méchants Dépassements d'Honoraires des Vilains Médecins


Imaginons un autre pays semblable au nôtre (la France).

Imaginons que je fasse de la politique et que j'aie de nombreux petits copains qui seraient très généreux pour financer mon parti politique ou encore mes campagnes électorales. Imaginons que lesdits petits copains soient à la tête de mutuelles dont la fonction essentielle serait de rembourser la partie non remboursée par la sécurité sociale des soins.

Imaginons qu'aimant bien mes petits copains et souhaitant leur rendre la pareille, je me mette en tête d'aller un peu dans leur sens en les aidant à diminuer leurs dépenses pour qu'ils aient encore un peu plus de sous à me donner pour financer mes activités politiques.

Comment pourrais-je m'y prendre ?

Tout d'abord, je lancerais, avec l'aide de mes petits copains assureurs, une vaste campagne de désinformation qui ferait croire au grand public que les dépassements d'honoraires participent du déficit de la sécurité sociale (par définition les dépassements sont remboursés par les mutuelles et pas par la sécurité sociale donc aucun lien avec le déficit de la sécurité sociale).

J'en rajouterais une petite couche en laissant planer l'idée que ces dépassements sont illégaux ou anormaux alors qu'ils sont pourtant bien prévus dans la convention signée avec les médecins de secteur 2 qui ont le droit de "dépasser" parce qu'ils remplissent les conditions pré-requises à cela (le plus souvent avoir travaillé plus longtemps à l'hôpital public après la fin de leurs études pour un salaire moitié moindre de celui d'un praticien hospitalier).

Par la suite, j'engagerais une grande campagne financée par la sécurité sociale visant à limiter les dépassements des médecins pour soit-disant garantir "l'accès aux soins". J'utiliserais donc la Sécurité Sociale, organisme public, pour faire le travail de mes petits copains mutualistes. Je ferais courir le bruit que les médecins adhèrent en masse à ce dispositif alors que c'est faux, histoire de pousser encore ceux qui hésitent à adhérer.

Une fois tout ce travail de mise en place effectuée, je passerais la main à mes petits copains mutualistes qui lanceraient l'idée de limiter le remboursement des dépassements à 100% du tarif conventionné. C'est parfait pour eux. Ils continuent à encaisser les mêmes cotisations mais dépensent beaucoup moins. L'idée derrière cela c'est de tenir les médecins en laisse. On leur propose d'adhérer à la charte de la mutuelle qui remboursera un dépassement de 100%. Dans le cas contraire, les patients sont bien moins remboursés. La boucle est ainsi bouclée. Ce sont les financiers qui gèrent la santé et ont la maîtrise de ceux qui soignent.

Pour enfoncer le clou encore plus loin, j'impose le tiers-payant généralisé. Ainsi, les actes médicaux seront payés directement par la sécurité sociale et les mutuelles aux médecins. Les patients ne déboursent plus rien de leur poche.

C'est parfait pour les petits copains mutualistes qui pourront taper sur les petits doigts des médecins s'ils ne sont pas gentils et ne suivent pas leurs directives. Pour ces derniers, leurs dossiers de tiers-payant se perdront ou bien prendront anormalement de temps à être payés. Comme par hasard… Un peu comme les remboursements des dépassements des patients hospitalisés qui dans la plupart des cas font l'objet de pertes de dossier ou de contestations des mutuelles avant d'être enfin remboursés.

Evidemment, personne ne se demande si le tiers-payant généralisé ne va pas être à l'origine d'une surconsommation médicale accrue dans notre pays. Mais bon ce n'est pas très grave si cette surconsommation creuse encore plus le trou de la sécurité sociale dont les dépenses ne seront pas affectées par les mesures citées plus haut. Si les petits copains mutualistes sont contents et donnent des sous au parti, peu importe que le budget de l'état en prenne un coup… Le plus important c'est de rester au pouvoir et d'avoir l'illusion de gouverner (ou de faire ce que les petits copains suggèrent).

Au total que fait-on ?

Le secteur 2 avec son droit aux dépassements permettait aux médecins de faire payer un peu plus les "riches" qui avaient de bonnes mutuelles pour soigner ceux qui avaient moins de revenus. C'est étrangement dans l'esprit du partage tout cela, on pourrait presque même dire que ça rejoint un peu ce que certaines personnalités de gauche pourraient trouver "chouette".

Et bien non ! On préfère justement foncer tout droit dans un système où il y aura une vraie médecine à 2 vitesses avec les riches qui pourront se faire soigner en payant de leur poche les dépassements non remboursés par leurs mutuelles ou encore souscrire à des super-mutuelles (chouette pour les petits copains mutualistes) qui rembourseront encore mieux. Et dans ce système, il y aura ceux qui seront laissés pour compte, ceux pour qui on a prétendument voulu rendre le système plus égalitaire alors qu'au final il sera totalement l'opposé de cela.


Alors je pose deux questions :

- Pourquoi quand je demande à la sécurité sociale de prendre en compte mes actes gratuits quand je soigne l'indigent ou l'étranger sans couverture sociale, me répond-on que ce n'est pas possible ?


- Pourquoi fait-on courir le bruit que les médecins sont des vilains qui ne pensent qu'à l'argent. Je ne connais aucun confrère installé en libéral qui ait refusé de soigner gratuitement un malade. C'est pourtant ce que l'on veut faire croire à tout le monde pour passer en force des projets de loi totalement absurdes. Il y a des brebis galeuses dans toutes les professions mais elles ne sont de loin pas la règle en médecine. Les dépassements sont toujours demandés avec tact et mesure comme le demande la convention. Ca ne pose de problème à personne hormis aux petits copains mutualistes.


6 comments:

  1. mais bien sur tout cela est sorti de l'imagination fertile d'un vilain médecin ! voyons !!!

    ReplyDelete
  2. Pourquoi ?
    Parce que les usagers du système de santé, en bons veaux qu'ils sont, gobent toute la propagande officielle et ne manifestent aucune intention -et encore moins les traduisent en actes- de s'opposer à cette démolition méthodique de la médecine libérale.

    ReplyDelete
  3. Tant qu'à être considéré en grand méchant qui vole l'argent des pauvres-petits-Français-qui-eux-triment-vraiment-pas-comme-vous-qui-marquez-seulement-chaque-jour-un-peu-plus-l'empreinte-de-votre-cul-dans-votre-fauteuil-en-cuir-et-en-plus-nous-jugez, je vous conseille de vous lancer dans la politique, vous y gagnerez a priori.

    ReplyDelete